Merci d'avoir complété le formulaire.

L'extrait est à présent téléchargé sur votre poste.

Liaisons Sociales Les Thématiques - La rupture du contrat à l'initiative du salarié

Liaisons Sociales Les Thématiques - La rupture du contrat à l'initiative du salarié 

NOUVELLE ÉDITION
Dernière édition garantie
Tout savoir sur la démisson, prise d'acte de la rupture, résiliation judiciaire
Sélectionnez la version souhaitée pour cette documentation :
62,68 € TTC
Une question sur un produit ?
Faîtes-vous rappeler gratuitement
Conseiller disponible

Description

Détail de l'offre

La rupture du contrat à l’initiative du salarié

Le salarié peut à tout moment signifier à son employeur qu’il met fin au contrat de travail. Il a la possibilité de présenter sa démission. Celle-ci n’est soumise à aucun formalisme particulier, elle ne se présume pas, et doit résulter d’une volonté sérieuse, claire et non équivoque. Dans certaines situations, lorsque l’employeur ne respecte pas ses obligations, le salarié est en droit de prendre acte de la rupture de son contrat de travail. Ce dernier est alors définitivement rompu. Si le juge estime que les faits reprochés à l’employeur ne justifient pas la prise d’acte, cette rupture produit les effets d’une démission. Dans le cas contraire, elle produit ceux d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse et, dans certains cas, d’un licenciement nul. Face aux manquements de l’employeur, le salarié peut également saisir le conseil de prud’hommes d’une demande de résiliation judiciaire. Lorsqu’il examine cette demande, le juge peut :

  • prononcer la résiliation du contrat aux torts de l’employeur si les griefs formulés à l’encontre de celui-ci justifient la demande du salarié. Elle produit alors les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse et, dans certains cas, d’un licenciement nul ;
  • rejeter la demande si ces griefs ne sont pas assez graves pour justifier la rupture. Le contrat de travail se poursuit alors.

Point spécial : Les ruptures conventionnelles collectives

Instauré par l’ordonnance n°2017-1387 du 22 septembre 2017, le dispositif des ruptures conventionnelles collectives (RCC) permet d’organiser des ruptures amiables dans le cadre d’un accord collectif validé par l’autorité administrative. Il est ouvert à toute entreprise sans condition d’effectif ou de difficultés économiques. L’accord portant RCC doit exclure tout licenciement pour atteindre les objectifs qui lui sont assignés en termes de suppressions d’emplois. Les premières décisions des juges du fond sur le sujet livrent des précisions sur l’interprétation des textes.

Format 21x29,7 cm
Nb de pages 108 pages
Type de produit Livre
Date de parution 31 janvier 2022
Référence 48211
ISBN 978-2-37148-218-0

La démission

  • Définition
  • Volonté claire et non équivoque
  • Préavis
  • Inexécution du préavis
  • Conséquences de la démission
  • Contentieux

La prise d'acte de la rupture

  • Définition
  • Prise d'acte devant le juge
  • Effets de la prise d'acte

La résiliation judiciaire

  • Définition
  • Résiliation judiciaire à la demande du salarié
  • Effets de la résilition judiciaire

Le point spécial : Les ruptures conventionnelles collectives

  • Présentation
  • Accord collectif
  • Rôle de l'administration
  • Rupture des contrats de travail
  • Revitalisation du bassin d'emploi
  • Rupture conventionnelle collective et congé de mobilité

Florence RIQUOIR

Rémy FAVRE
Capstan Avocats


Les meilleures ventes

Les articles qui peuvent également vous intéresser